carpe koi showa

Carpe koi la showa

carpe koi showa bassin

Qu’est ce qu’une carpe koi showa

Basiquement, une carpe koi showa est un poisson à trois couleurs: noir, blanc et rouge. La distinction avec une sanke peut s’opérer sur 4 paramètres principaux :
– Noir sur la tête(mieux sur le nez)
– Noir sur le corps qui tendrait à s’enrouler autour du poisson descendant plus bas que la ligne latérale. 
Le noir peut également apparaître sur le dessus en large tâche.
– Noir à l’intérieur de la bouche
– Noir sur les pectorales qui apparaît plus au niveau de l’attache (motoguro) au corps qu’en lignes sur les pectorales elles-mêmes.

Ces points pris un par un ou dans leur ensemble peuvent permettre à différencier une showa d’une sanke. Vous l’aurez compris l’élément déterminant pour cette carpe koï est le noir ! Certains poissons peuvent entraîner le débat un peu plus loin : la boke qui détient une partie de gris et qui fait apparaître le noir comme non finis, la kage qui offre un aspect nuageux, voilé dans la partie blanche, la hi showa qui de prime abord apparaît comme un poisson rouge et noir sans blanc visible au premier coup d’œil puis la kindai showa qui apparaît être la showa « moderne » de par le fait qu’elle présente une beaucoup plus large proportion de blanc.

carpe koi la showaUne lignée plutôt récente

La carpe koi showa apparaît comme un poisson plutôt récent dans la sélection puisque les premières apparaissent vers 1920 et viendrait d’un croisement entre une Ki utsuri avec une Kohaku.

Ces premiers poissons apparaissaient avec un hi plutôt jaunâtre et une qualité de blanc médiocre…

C’est plus tard, vers 1940, que se situe l’avancée majeure avec la participation de mr KOBAYASHI qui créa les fameuses showa de son nom avec un rouge sang très profond . Ce n’est que vers 1960 que commencèrent à apparaître les showa modernes.

Ces poissons souffraient tous d’une lenteur de croissance et d’une tête très (trop) pointue. Le fameux éleveur DAINICHI a travaillé tout spécialement sur ces particularités. Chez les éleveurs, les showa restent des poissons à part, avec toujours une part de risque quand à leur évolution qui peuvent s’avérer pour le moins …surprenante !

Comment apprécier la carpe koi showa

L’importance du noir (sumi) est, vous l’aurez compris, le facteur fondamental de l’appréciation.
Parfois, ce noir apparaît comme plutôt gris et « nuageux » . Si il est joint avec avec des parties noires très propres, l’effet est splendide et ajoutent encore à l’impact visuel. La tête, qui doit idéalement posséder du noir, est souvent marquée avec une marque évoquant la foudre (menware) qui la divise en deux ou par une marque en forme de« V ».
Entre ces classiques, toute marque, plus ou moins marquée, est acceptable , y compris la toute petite tache juste au bout du nez (hanazumi). Pour une showa le blanc,qui doit contrebalancer le noir, doit être le plus crémeux possible.

Il est plus important d’avoir de petites surfaces très claires que de larges marques jaunâtres. Les jointures noires aux pectorales (motoguro) ne sont pas vitales mais ajoutent à la qualité de l’ensemble.

Souvent sur des tosaïs le motoguro est très net et s’estompe après deux ou trois années…  Les kindaï showa, ainsi que citées plus haut, sont elles sélectionnées pour présenter une une proportion de blanc plus importante.

La distinction avec une sanke s’avère dès lors plus difficile au premier coup d’œil.

L’aspect visuel très agréable, ne possède pas , à mon avis (tous les goûts sont dans la nature), la même puissance qu’une showa classique .

La showa est un poisson toujours très recherché mais aussi toujours sujet à controverse chacun ayant sa définition de l’animal parfait.

C’est un poisson difficile à estimer dans la durée, ses changements peuvent être farfelues et souvent plus sensibles aux pathologies ceci étant sans doute dûe aux croisements répétés, plus qu’à l’accoutumée, pour obtenir l’alchimie.
Au final, la showa est souvent qualifiée de reine du bassin chez les heureux possesseurs d’un bel exemplaire ; c’est le poisson magique par excellence.

Les commentaires sont fermés.