carpe koï Koromo

la koromo

Goromo et kohaku des points communs

Les koromos se distinguent  par un motif global très similaire à celui d’une kohaku.
Elles sont d’ailleurs issues à l’origine d’un croisement entre une Asagi et une kohaku.
Le terme « koromo » signifie enrobé et se réfère, ici, à l’apparence visuelle qui se dégage de ces poissons.

La réticulation, l’aspect maille de filet, n’est pas sans mettre en parallèle avec l’effet pomme de pin rencontré sur les matsuba.
La variété la plus courante est l’Aigoromo que l’on pourrait cette fois traduire  par « robe bleue ».
Elles apparaissent comme une kohaku dont la partie supérieure des écailles est teintée de bleue pour se rapprocher de l’impact du motif de la matsuba énoncée plus haut.
La tête doit être proche dans son aspect à celle d’une carpe koï kohaku.

De même sur le corps l’étalement du pattern doit être aussi proche de cette même kohaku.

Les nageoires doivent être d’un blanc très propre même si les jointures peuvent supporter du rouge.
Sur la tête une impression « d’ombre » peut-être acceptable ceci étant dû au manque d’écailles sur cette partie.
Quand une carpe koï koromo est petite elle peut ressembler à une kohaku…le bleu peut prendre quelques années pour apparaître.

Ce sont des poissons très élégants et le coté bleuté qui renforce le blanc n’y est pas étranger.

Carpe koi kohaku

Carpe koi kohaku

carpe koï Goromo

carpe koï Goromo

Des différences dans une même variété

Les sumi koromo présentent un motif hi ponctué d’un sumi profond.

Le sumi peut « tutoyer » un peu le hi donnant une impression très sombre parfois un peu austère.

Durant les dernières années un gros travail a été réalisé par les éleveurs.Cette espèce n’est vraiment stabilisée que depuis 1950.

Les sumi goromo ne sont pas aussi réticulés que les Ai.

Les budokoromo n’ont elles émergées que vers la fin des années 80; avant elles représentaient une vraie rareté! Si elles sont moins rare il n’en reste pas moins qu’un beau sujet ne se rencontre pas tous les jours….
L’expression « budo » signifie raisin.
C’est à la fois une référence au motif et à la couleur des poissons.

On doit obtenir un contraste entre un pourpre/violet profond et la blancheur de la base.
C’est d’emblée une apparence de raisin en grappe qui doit se distinguer….
Difficile de mieux cerner le problème

Les koromo ne sont peut-être pas aussi estimées qu’elles le devraient.

Elles combinent à la fois élégance et aspect visuel différent.

Les gosanke dominent la cour depuis toujours et ont pu occulter nombre d’espèces moins sous le feu des projecteurs.
Avec le temps les amateurs se tournent vers d’autres types ce qui pousse les éleveurs à faire de nouveaux efforts vers une recherche de qualité accrue.
Et qui en profite……

Les commentaires sont fermés.